L’éthique des hackers

43-TitleStillv2-733458

La culture hacker est apparut dans les années 1960 autour de MIT. Dans le contexte de l’informatique, un « hacker » est une personne qui aime le défi intellectuel de surmonter de façon créative et de contourner les limites des systèmes de programmation et qui tente d’étendre leurs capacités.

Cette culture hacker témoigne d’une idéologie bien précise. En effet, l’éthique hacker est la manifestation de leurs croyances implicites. Les précepts de ce système de valeurs ont été identifiés par le journaliste américain Steven Levy dans son livre Hackers : Heroes of the Computer Revolution. 

1. Vous devez obéir à l’impératif de la pratique : l’accès aux outils qui permettent de comprendre le fonctionnement du monde devrait être total et illimité.

En donnant aux hackers l’accès aux outils dont ils ont besoin, ils pourront continuer à améliorer les produits et faire avancer le savoir collectif.

2. Toute information devrait être libre et gratuite.

Ce principe est relié directement au premier, car l’accès à l’information est nécessaire à la créativité et à l’échange d’idées qui permettent de faire avancer le savoir.

3. Méfiez-vous de l’autorité et faites la promotion de la décentralisation.

La meilleure façon de promouvoir le libre échange de l’information est d’avoir un système ouvert qui ne présente pas de frontières entre un hacker et un élément d’information ou un équipement dont il a besoin dans sa quête de connaissance.

4. Les hackers devraient être évalués par leurs actions et non par des critères factices comme les diplômes, l’âge, l’origine ethnique ou la position hiérarchique.

La compétence est l’ultime déterminant du mérite. Un tel code dans la communauté des hackers favorise la progression continue et le développement de logiciels. Ce système ne prône donc pas l’égalité, mais l’opportunité égale pour chacun de faire preuve de sa compétence.

5. Vous pouvez créer de l’art et de la beauté avec un ordinateur.

L’ordinateur n’est pas un simple outil de travail, il est comme le pinceau de l’artiste ou l’instrument du musicien. La simplicité et l’efficacité du code d’un logiciel forment une œuvre d’art à part entière. L’ordinateur permet au hacker de mettre l’œuvre sa créativité.

6. Les ordinateurs peuvent améliorer vos vies.

Les ordinateurs accordent une vocation aux hackers. Ils leur permettent créer à l’infini et de partager la connaissance.

7. Comme la lampe d’Aladin, l’ordinateur peut vous obéir au doigt et à l’œil.

Les ordinateurs sont les serviteurs des hackers. L’analogie avec la « lampe d’Aladin » réfère au potentiel infini des tâches que peut effectuer un ordinateur pour son « maître » lorsque celui-ci sait comment l’utiliser.

 

Ce système de principe diffère de la culture dominante qui perçoit les ordinateurs comme des outils, des jouets ou des moyens de communication. Seuls ceux qui comprennent entièrement leur moyen de fonctionnement peuvent les percevoir comme des serviteurs. La notion de la liberté totale de l’information est aussi contraire à notre culture du travail rémunéré où l’information a une valeur et devrait permettre une contrepartie pour celui qui la génère.

Il devient toutefois de plus en plus difficile de restreindre la diffusion de l’information, en grande partie, en raison du travail des hackers.

Advertisements