Culture des amateurs

amateur hour

Dans son billet Apprenez à programmer en dix ans, Peter Norvig affirme que dix ans sont nécessaires à la formation d’un expert. Il donne, notamment, l’exemple du musicien qui consacre progressivement plus d’heures par semaine à sa pratique. Plus il cumule des heures de pratique, plus il perfectionnera son art. Ce qui est à noter, c’est que ce n’est pas nécessairement la formation structurée qui permet de devenir expert, mais la pratique individuelle. Selon Norvig, c’est la mise à l’œuvre de la connaissance qui est la clé du succès de l’expert.

C’est une vision de l’expertise qui est contraire à celle du système pédagogique formel qui prône l’atteinte d’objectifs fixes et standardisés. La vision de Norgig correspond aux principes de la culture des amateurs qui elle se distingue par un système de stratification informelle d’autodidactes motivés par le plaisir d’apprendre et non par la rémunération.

 

Si vous le voulez, passez 4 ans à l’université (ou plus pour des études plus avancées). Ceci va vous donner accès à des emplois qui nécessitent des qualifications, et cela va vous donner une compréhension plus approfondie du domaine, mais si vous n’appréciez pas l’école, vous pourrez (avec un certain dévouement) acquérir une expérience similaire au travail.

 

L’instruction formelle est, pour lui, optionnelle à l’accumulation du savoir. On peut simplement aimer apprendre et prendre plaisir à acquérir des compétences pour atteindre un certain niveau d’expertise. Un amateur est justement quelqu’un qui n’a aucune obligation d’acquérir des connaissances, mais qui le fait par intérêt personnel.

Avec 10 000 heures de pratique, quiconque peut devenir un expert. Comme le dit Norvig : «  La meilleure sorte d’apprentissage est d’apprendre en le faisant. »