RE : Le billet parfait

Blogging monkey

Dans son billet du 4 mars,  Nicolas Mathon tente de proposer un guide concis pour la réalisation d’un « billet parfait ». Il explore des métriques quantitatives, mais il vient à la conclusion que l’essence du billet demeure son contenu, secondé par l’intégrité du blogueur.

Je suis plutôt en accord avec cette affirmation, mais je souhaite la nuancer : la recherche de la perfection va de pair avec l’intention du blogueur.

Écrire un blogue n’est pas un exercice purement personnel. Si tel était le cas, pourquoi alors publier les billets sur le web? Le billet est, au fond, une contribution à la conversation collective et un maillon dans l’informatisation de l’expérience humaine. Il faut toutefois choisir un point de vue lors de l’évaluation d’un billet. Tandis qu’un billet peut répondre à tous les critères de recherche de l’un, il peut sembler médiocre et incomplet pour l’autre.

Puisqu’un blogueur partage des billets afin d’acquérir des lecteurs, ses billets sont des « produits » pour lesquelles il cherche des « clients ». Il devrait alors se demander : « qui sont mes clients et que recherchent-ils? » Bien sûr, il est très possible qu’il puisse acquérir de nouveaux lecteurs sans se soucier des intérêts du lectorat déjà acquis, mais il ne bénéficiera alors pas de la force multiplicatrice d’une clientèle fidélisée.

Dans l’exemple suivant, le blogueur Steve Rumsby présente son évaluation du nouveau Chromecast de Google. Son style d’écriture est plutôt informel et il offre une évaluation technique pertinente du nouveau gadget. Toutefois, étant britannique, il cible un lectorat britannique en fournissant le prix en £ et des astuces pour contourner les difficultés d’achat du Chromecast en Grande-Bretagne. Il n’écrit pas sur le Chromecast d’un point de vue technique, se concentrant sur son expérience d’utilisateur. Évidemment, il écrit pour des lecteurs britanniques qui pensent devenir, eux aussi, utilisateurs.

Il est dans l’intérêt du blogueur de se demander si son billet est optimisé selon les intérêts de son lectorat ou des lecteurs qu’il souhaite acquérir. Le « billet parfait » doit donc être évalué notamment en fonction de la concordance de l’objectif de son auteur avec les intérêts des lecteurs ciblés par ce dernier.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s